BERENICE PROJECT

Porter Bérénice dans la rue... La présentation en vidéo

Puisque vous ne venez plus au texte, c’est le texte qui viendra à vous

Le projet tient de l’évidence. Pour retrouver un public loin des salles de théâtre, loin d’un Racine jugé scolaire, loin du classique versifié préjugé incompréhensible, il faut aller vers lui. Aujourd’hui la culture vient vers vous, il n’y a plus beaucoup d’efforts à faire : allumer la télé, rester chez soi pour regarder des films… Mais finalement n’avoir accès qu’à une culture organisée, consommable et prête-à-ingérer.

A nous de venir bousculer les protocoles, redescendre dans la rue, comme beaucoup, mais avec à cœur l’idéalisme de la culture pour tous. Toute la culture pour tous.

Racine parce que… c’est beau, simple et grandiose. Plus personne n’ose le grandiose. Pour les émotions fortes, vibrantes et rares. Donner à entendre avec les yeux à un moment incongru, fortuit, volé, cette langue riche et pure. Simple. Mais qui effraie de ses alexandrins.

Bérénice, pour sa vivante humanité. Pour la vie avant tout. Personne ne meurt à la fin de Bérénice, ce n’est pas banal chez Racine. Ils choisissent la vie.
Alors nous choisissons nous aussi de lui redonner vie. Dans la rue. Au sens le plus brut du terme.

Dire Bérénice au milieu de la foule, comme on jetterait à la figure un nuage, un bol d’air, l’eau du ruisseau.
Ecouter la limpidité de ces si peu de mots, explosion de sens à chaque vers. C’est beau et violent. Ça vous attrape à l’âme et au cœur.

Mettre les pieds de la passion sur l’asphalte.

Et faire se rencontrer, se croiser, les passants et les rois, les pavés et les rimes, notre quotidien et un peu de sublime.

Emilie Noé

Les photos du spectacle

Notes de mise en scène

Le Bérénice Project part d'une idée ; rendre Racine à tous ceux qui ne l'ont croisé qu'au détour d'un Lagarde et Michard poussiéreux, aux badauds, aux enfants, aux curieux.

Nous avons souhaité ramener la pièce à sa plus simple expression ; 3 comédiens jouent les 3 rôles principaux de Bérénice, reine de Palestine, Titus le tout récent empereur de Rome et son empire, et Antiochus leur ami et amant silencieux de Bérénice. Bérénice et Titus s’aiment depuis leur rencontre, cinq ans auparavant, et la mort du père de Titus laisse espérer, enfin, leurs épousailles. Cependant, la seule loi inviolée de Rome exige que l’empereur n’épouse qu’une Romaine, fait que Titus avait occulté depuis longtemps.
Aujourd’hui, alors que Bérénice attend les noces, Titus doit endosser l’habit d’empereur et Antiochus, désespéré, déclare sa flamme à une reine qui le repousse. Les éléments de la tragédie sont posés.
Auprès de chaque protagoniste, un confident ; une nourrice attentive, un fidèle compagnon d’armes, et « la voix de Rome ». Ce confident multiforme, toujours présent, témoin silencieux des déchirements royaux, nous avons souhaité qu’il soit interprété par une seule comédienne, masquée, sorte d’Arlequin à plusieurs facettes toujours présent sur scène. Curieusement, les 3 confidents ont ceci de commun qu’ils ne soutiennent pas le couple promis, Bérénice et Titus. Vu sous cet angle, le confident se fait un peu l’oreille du Destin, la voix de la raison ou celle du peuple qui voit de loin se déclarer les grandes passions des puissants. Son rôle est un pivot essentiel, car
omniprésent et profondément humain.

Pour la scène, une immense bande de tissu croisée par une plus petite détermine un domaine, 1 « coin » à chaque personnage. Le public est libre de suivre l’action sous l’angle qu’il souhaite. Des mots même des comédiens, cette « multi-frontalité » les dépouille de tous faux semblants. Ils n’ont pas de coulisses, pas de lieu où se réfugier. Rien n’est caché. Les éléments implacables, les
personnages de la tragédie sont tous présents sur scène, prisonniers de l’espace scénique et de l’engrenage tragique. Seul le confident, représentant du peuple pourra rejoindre les spectateurs, presque parler en leur nom et briser les limites de la tragédie. Ce dépouillement, nous l’avons recherché pour que la langue de Racine et les sentiments exprimés, très accessibles malgré le passage des siècles, vivent à nouveau avec exubérance, joie, amour sur le pavé parisien et français. La passion se trouve dans Racine, il faut lui donner une scène, et elle se fera entendre.

 

Lien

Merci à Stéphane N' Guyen pour les photos

Blog de Bérénice Project

Festival Du Rififi aux Batignolles - 13 septembre 2008 (mer., 29 oct. 2008)
>> Lire la suite

Berenice Project - La 50ème! (lun., 20 oct. 2008)
>> Lire la suite

La rentrée du Berenice Project (mer., 03 sept. 2008)
>> Lire la suite